0 In culture

Village japonais de pêcheurs et Ponyo de Miyazaki

♥ Le village de Ponyo sur la Falaise de Miyazaki ♥

Apres avoir traversé la campagne japonaise, verdoyante et montagneuse, le bus public dans lequel vous avez voyagé s’arrête enfin. Il vous dépose sur le trottoir de ce qui semble être la route principale en face de la mer et à quelques pas d’un port de pêche millénaire. Vous respirez a plein poumons l’air iodé du paisible village de pêcheurs de Tomo No Ura

P1020646

P1020677 P1020688

Ici, le temps parait suspendu, l’atmosphère y est tranquille avec en été ses chants d’oiseaux et cigales ponctués par les bruits en fond des petits bateaux amarrés au port.

P1020648

La sérénité de ce petit village traditionnel a inspiré le film d’animation « Ponyo sur la falaise » du grand maitre Hayao Miyazaki des studios Ghibli (Chihiro ; Le Château dans le ciel ; etc.). La beauté des images, les couleurs et son histoire en font un film d’animation très réussi.


download

En regardant Ponyo on retrouve beaucoup de similitudes avec le village de Tomo No Ura. Et quel plaisir de s’y rendre ensuite. Les ruelles sinueuses avec ses maisons a pans de bois vous invitent à flâner parmi les petits temples, à vous arrêter en chemin pour vous rassasier dans un restaurant familial ou encore à inspecter avec curiosité les petits poulpes fraîchement pêchés puis suspendus pour sécher au soleil et être dégustés plus tard.

P1020610

 

P1020619

 

P1020624

En une journée vous aurez fait le tour et pourrez peut-être même visiter une des dernières distillerie de saké (alcool traditionnel japonais provenant du riz) du village et vous rendre sur la petite île de Sensuijima.

P1020631P1020607Pour s’y rendre:

Tomo No Ura est accessible depuis la gare JR de Fukuyama en prenant le bus 11.

You Might Also Like

No Comments

  • Reply
    silecee
    13 septembre 2015 at 6:34

    Très très intéressant ! 🙂
    Ça me donne vraiment envie pour mon prochain séjour au Japon. Je note l’idée précieusement dans un coin. Tes photos sont très jolies et donnent envie. Ça m’a l’air super pittoresque.
    Merci pour cette découverte !

    • Reply
      Safaa chan
      14 septembre 2015 at 4:46

      Ça vaut vraiment le détour ! La traversée de la campagne japonaise en bus puis la découverte du village en fait une superbe excursion d’une journée. Merci pour tes compliments, ça fait très plaisir a lire ^_^

      • Reply
        silecee
        14 septembre 2015 at 8:02

        Mais de rien ! C’est sincère ! 🙂
        Ça faisait longtemps que je n’avais pas trouvé un blog sur le Japon que j’avais envie de suivre. J’ai habité à Tokyo pendant deux ans et j’y retourne dès que je peux pour visiter et autre, mais c’est vrai que ça me manque. Heureusement, j’y retourne bientôt !

        • Reply
          Safaa chan
          16 septembre 2015 at 5:31

          Comme je te comprends, une fois que l’on a « goûté » au Japon, c’est difficile de s’en défaire. Deux ans a Tokyo, quelle belle expérience ! Comment c’était d’y vivre au quotidien ?

  • Reply
    silecee
    16 septembre 2015 at 7:14

    Tokyo est une ville assez facile à vivre. Comme tu le sais déjà, il y a vraiment tout ce qu’il faut. Il y a l’embarras du choix pour sortir, se promener, manger… Par contre, tout est assez cher, surtout les loyers. Impossible ou presque de vivre seule. Mais ce n’est pas pour cette raison que je suis partie. Personnellement, ce qui m’a le plus pesé, c’est l’éloignement par rapport à ma famille, mais surtout le fait que, quoi qu’il arrive, tu restes une étrangère. Sans parler du racisme environnant qui n’est pas un mythe, savoir que tu ne t’intégreras jamais totalement est une notion difficile à assimiler.
    Du coup, j’ai pris mes distances, mais on s’aime toujours, le Japon et moi 😉

    • Reply
      Safaa chan
      16 septembre 2015 at 7:34

      Si j’étais amener a y vivre, je pense aussi que ce serai le temps de quelques années pas plus. Je comprends tout a fait ce que tu décris, c’est quelque chose que beaucoup vivent au Japon, d’autres s’y épanouissent totalement. Ce racisme dont tu parles est quelque chose que l’on doit plutôt ressentir dans la vie quotidienne et celle du travail. Je n’en ai jamais fait les frais dans ma bulle d’étudiante.

    Leave a Reply